E-réputation

Comment se construit une réputation sur Internet ?

Est-ce maîtrisable ?


L’e-réputation est la perception que les internautes vont avoir d’une personne, d’une entreprise ou d’une marque sur le web. C’est une représentation construite sur l’ensemble des données numériques accessibles sur Internet, de l’identité voulue et élaborée par le sujet, aux opinions des autres internautes sur celui-ci. Pour un restaurant par exemple, l’e-réputation sera la somme d’informations provenant du site Internet dédié et des avis des clients sur les sites de recommandation ou les réseaux sociaux. Pour les personnes, et notamment les jeunes, l’e-réputation est très liée à l’estime de soi et à la manière, consciente ou inconsciente, de se mettre en scène sur Internet. Et évidemment, les réseaux sociaux jouent un rôle extrêmement important dans ce processus.

edentité
Reuters/Kacper Pempel

 Sommaire de l’article :


Les enjeux de la réputation numérique

Aujourd’hui, le virtuel fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Pour beaucoup de jeunes, la réputation virtuelle est complètement liée à celle de la réalité et lui équivaut en importance ; exister sur Internet étant devenu une véritable nécessité au cours des dernières années.

Il ne faut pas oublier que l’e-réputation d’une personne est en connexion permanente avec le réel. Sans même parler du fait que toute donnée est collectée, revendue et n’est jamais effacée pour de bon (cf. notre page sur Big Data), ce qui est publié sur les réseaux sociaux par exemple, est vu par d’autres personnes qui en parleront certainement entre elles, en bien comme en mal. Si cela peut vous sembler évident, c’est souvent différent dans l’esprit d’un enfant ou d’un.e adolescent.e : habitué.e à exposer et être exposé, il/elle n’envisagera pas toujours les conséquences de telle ou telle publication sur son environnement social. Et, dans le cadre d’une utilisation non maîtrisée des réseaux sociaux, ces conséquences ne sont pas à prendre à la légère, pouvant aller de la « simple » rumeur aux tentatives d’intimidation ou au vol d’identité. Un contenu trop personnel visible sur Internet peut également être préjudiciable lors de la recherche d’emploi ou de stage, les employeurs ayant de plus en plus fréquemment le réflexe de consulter les profils personnels de leurs postulants.

Cependant, une e-réputation conscientisée et maîtrisée peut être très positif, professionnellement comme personnellement. Générer ou simplement partager du contenu en adéquation avec son domaine d’activités peut faciliter certaines démarches professionnelles, en prouvant son intérêt et son investissement personnel. Pour des adolescent.es (mais également pour des adultes), assumer et défendre son identité sans crainte des critiques est une valeur essentielle pour accroître l’estime de soi. Cela nécessite cependant d’avoir bien conscience de l’impact potentiel de chacune de ses publications. Une fois les mécanismes des réseaux sociaux compris, se construire une e-réputation favorable peut permettre à un jeune de solidifier sa confiance en soi, en plus d’être bénéfique pour son image à long terme.

Quelques questions utiles à se poser avant de publier du contenu sur les réseaux sociaux et sur Internet en général :

  • Quelle image de moi est-ce que je souhaite renvoyer ?
  • par qui ce post va-t-il être visible ?fb friends
  • Suis-je certain.e d’assumer le fait que ce que je publie aujourd’hui puisse être visible par tous pendant des années ?

Vérifier les paramètres de confidentialité de son compte est un bon moyen de circonscrire la diffusion des informations publiées, par exemple en limitant la visibilité des posts à sa seule liste d’amis, et non également aux amis de ses amis, comme cela est automatiquement défini sur Facebook. Il est également important de garder à l’esprit que ce qui peut être supprimé aux yeux des internautes ne l’est jamais réellement : toute donnée un jour publiée sur Internet est archivée, jamais effacée.


Le droit à l’image

Le droit à l’image est un droit prétorien, caractérisé principalement par la jurisprudence (c’est-à-dire par le seul avis du juge) et par quelques rares textes de loi. Ce droit protège les personnes lorsque des diffusions de leur image sont faites sans leur consentement, sur Internet ou n’importe où ailleurs. Les mineurs sont plus particulièrement protégés, de sorte que les sanctions prises lorsque leur droit est enfreint sont plus lourdes.

Il est important de garder ce droit à l’esprit : la protection des données personnelles passant par la protection de sa propre image, le droit à l’image est un élément essentiel de la préservation de la vie privée et permet de garder le contrôle de ce qui est diffusé sur soi. Cela permet également de mieux protéger les personnes fragiles et les plus jeunes, plus vulnérables face à une utilisation licencieuse de leur image : n’hésitez jamais à invoquer ce droit auprès des fautifs si un mineur en est victime et vient vous demander de l’aide. La diffamation sur Internet pouvant être très douloureuse et rapidement mal vécue, même face à des situations semblant parfois minimes pour un regard distancié d’adulte, il est primordial de rester attentif à ce qu’expriment les jeunes autour de vous.


L’anonymat

A cause du nombre croissant de dispositifs de pistage et autres algorithmes de collecte de données, l’anonymat « absolu » ne peut pas exister sur Internet.

Cependant, il est courant de voir des personnes recourir à un avatar et/ou un pseudonyme afin de ne pas être identifiable pour la majeure partie des gens, que ce soit sur les réseaux sociaux ou les forums de discussion. Plusieurs avantages à cela : la possibilité de s’exprimer sur Internet sans craindre le rejet ou la moquerie (puisque ce sera l’avatar qui sera ciblé), la protection partielle de ses données personnelles et surtout la protection pour les mineurs, qui devraient laisser accès le moins possible à leurs données d’identification. Si votre enfant ou un jeune de votre entourage a recours à ce type d’anonymat, n’hésitez pas à le questionner pour comprendre ses motivations. Car en effet, si l’anonymat a des avantages certains, se rendre sur Internet « à visage découvert » peut parfois être plus constructif, par exemple pour apprendre à assumer son identité et ses positions même face au regard des autres. A noter également que quelqu’un d’identifié recevra toujours un accueil plus positif dans les relations qu’il/elle entame avec les autres ; les anonymes étant souvent automatiquement catégorisés comme potentiellement mal intentionnés – sinon pourquoi rester caché ?

Il ne faut également pas oublier que si vous pouvez vous rendre anonyme pour les internautes « lambdas », vous ne l’êtes presque jamais pour les autorités et autres patrons d’Internet comme Google ou Apple. Pour plus d’informations : le modèle économique d’Internet & Big data !


 Liens

Publicités